les français des jeux lance ParionsWeb

lotsysLotSys et LVS ont achevé le développement de l'application mobile et tablette ParionsWeb de Française des jeux, qui est maintenant en ligne sur l'App Store.

L’application native a été développée par LotSys, une filiale de FDJ spécialisée dans les services techniques pour les loteries en partenariat avec LVS, la société de logiciels de paris sportifs acquise par l'opérateur de loterie français en 2011. (Voir aussi d'autres jeux en live sur internet)

Laurent Chesnais, directeur général chez LotSys, a déclaré: « L'application ParionsWeb offre aux joueurs en déplacement une expérience de jeu simple, intuitive et sécurisée. »

L'ergonomie de l'application a été conçue pour permettre aux joueurs de passer facilement du monde des paris d'avant-match aux paris en direct. La version pour les tablettes a été développée avec une option « deuxième écran » « Multiplex live », pour accueillir et encourager les paris en direct.

Jean François Barthe, directeur commercial concurrentiel chez FDJ, a déclaré: « Les joueurs ont l'option de pari rapide en sélectionnant leurs ‘favoris’, et en personnalisant leurs options de jeu (pari de base, disposition de page d'accueil après l'ouverture de l'application). Un accès simplifié aux jeux en promo rend plus facile de placer des paris uniques, multiples et combinés en une question de secondes. »

 

Barrière Poker ferme BarrierePoker.fr

barriere pokerBarrière Poker a décidé de mettre ses activités commerciales à leur fin sur le marché du poker en ligne réglementé en France, mais continuera à travailler dans une capacité B2B car il cherche à utiliser la plate-forme technique qu’il a développé au cours des trois dernières années.

Le site de consommateurs barrierepoker.fr de la société va fermer le 30 septembre, le groupe a déclaré qu'il n'avait pas été en mesure de rivaliser avec la plupart des sites qui avaient été installés en France avant la réglementation du marché en 2010.

La société, une coentreprise entre l’opérateur de loterie français Française des jeux et le groupe casino Lucien Barrière créée peu après l'ouverture du marché de la France, va maintenant concentrer ses efforts sur les activités B2B.

Dans un communiqué, la société a déclaré: « Avant la loi réglementant le marché (mai 2010), un certain nombre d'opérateurs ont déjà établi leurs positions depuis plusieurs années avec des joueurs français, acquérant de l'expérience d'entreprise et consolidant les bases de données des joueurs. De ce point de vue, l'absence de croissance du marché n'a pas conduit à une redistribution des cartes en faveur des nouveaux joueurs français comme BarrierePoker.fr.

« La société tire les leçons d'un marché de l'Internet sensible à la conjoncture économique et structurellement baissière depuis plus d'un an maintenant, avec (sa performance) s’aggravant trimestre après trimestre. »

Les derniers chiffres d'ARJEL montrent que les parts pour le poker en ligne, en particulier les jeux d'argent, continuent de baisser, avec le nombre de joueurs en baisse également pour le sixième trimestre consécutif.

Le personnel sera réaffecté à travers des projets numériques FDJ et Barrière Poker va maintenant chercher à étendre ses activités B2B à l’international, en particulier aux États-Unis, où il a conclu un accord pour fournir à Caesars Interactive Entertainment sa plate-forme technique de poker.

« (La société holding) LB Poker a évolué tout au long de cette période comme un acteur de la technologie en France et à l'étranger », a déclaré le groupe. Venant d'une société fondée seulement quelques semaines après l'ouverture du marché, LB Poker a créé une meilleure plate-forme de technologie qu’il a exportée. Le partenariat (Caesars-WSOP) ouvre la perspective de la société utilisant sa technologie dans ce qui pourrait devenir le plus grand marché du poker dans le monde, les Etats-Unis. C'est la raison pour laquelle la société se concentrera sur le développement de ces actifs technologiques sur le marché B2B mondial ».

La Française des jeux condamnée à régler les chèques en bois

cheque en bois La Française des jeux a été condamnée à verser 60.000 euros à une habitante de l'est de la France pour la dédommager des sommes qu'elle avait dû payer pour des chèques en bois émis dans des paris sportifs par son ex-compagnon, a-t-on appris auprès de son avocate.

Le tribunal de grande instance de Nancy a estimé lundi que l'entreprise publique n'avait pas fait preuve d'assez de vigilance, en contradiction avec son code de déontologie.

"La Française des jeux a commis plusieurs fautes qui ont eu pour effet de ne pas prévenir de manière effective, pour les tiers, les risques liés au jeu pathologique, malgré les obligations spécifiques qui lui incombent en la matière en contrepartie du monopole qui lui est accordé", dit le tribunal.

La victime s'était fait dérober plusieurs formulaires de chèques en août 2008 par son ex-compagnon, resté seul à leur domicile pour garder un de leurs deux enfants.

Ce joueur pathologique avait émis onze chèques en une semaine auprès de détaillants et à un guichet de la FDJ pour engager des paris sportifs à hauteur de plus de 97.000 euros.

La jeune femme avait dû souscrire un emprunt de 60.000 euros pour régler les sommes dues à l'un des détaillants.

Elle a aussi porté plainte contre le père de ses enfants -qui a été condamné mais qui est insolvable- et s'est adressée à la FDJ que, faute de réponse satisfaisante, elle a assignée en justice en août 2011.

"Le système mis en place par la Française des jeux auprès des détaillants, qui ne comprend aucune alerte ni aucun mécanisme de mise en garde contre les joueurs compulsifs, était de nature à créer ce genre de situation", estime Me Hélène Strohmann, son avocate.

Le tribunal l'a suivie en constatant notamment que la FDJ avait elle-même encaissé en une semaine cinq des chèques, pour un montant total de 45.000 euros, sans pour autant s'alerter ni entreprendre de vérifications.
 

Retrouvez les résultats du loto

Stanleybet est pour le respect des principes du commerce européen

stanleybetL’opérateur de paris sportifs Stanleybet s’est joint à la demande de plus d'action de la Commission européenne afin de garantir que les principes du commerce européennes soient respectés à la suite des nouvelles de l'adoption du rapport du Parlement européen sur les jeux en ligne.

Le Parlement européen a confirmé hier qu'il avait adopté le rapport rédigé par le député européen Ashley Fox et a appelé l'Union européenne à prendre des mesures pour assurer que les principes du commerce soient respectés et qu’une plus grande coopération transfrontalière entre les régulateurs soit augmentée. La décision a été accueillie largement par les organismes de commerce Remote Gambling Association et European Gaming and Betting Association, bien que la RGA ait évacué sa frustration à l'image négative dans laquelle le secteur a été transmis, une critique reprise par le directeur d’exploitation de Stanleybet, John Whittaker.

« Au cours des dernières années, le Parlement européen semble jouir d'une certaine façon en rejetant les mythes autour de jeux de hasard et d'adopter des faits, mais il reste regrettable que le jeu semble toujours être l'un des seuls domaines où l’élaboration des politiques factuelles n'a pas sa place », Whittaker dit.

« Cela est évident dans certaines affirmations contenues dans le rapport qui véhiculent le message sans fondement que le jeu est en général un mal nécessaire sans qu'il soit considéré comme une activité de loisirs, comme des millions de consommateurs de l'UE font, outre une source d'emploi licite pour des dizaines de milliers de citoyens européens et une source très importante de recettes fiscales à partir de laquelle les ministères des finances de tous les Etats membres profitent.

« En outre, nous ne pouvons que constater que c'est la Commission européenne qui semble se plier à la volonté politique des Etats membres en omettant d'appliquer la loi de l’UE. Si cette Commission, jusqu'à la fin de son mandat, continue à avoir peur de faire des vagues politique alors cela créera un précédent dangereux pour l'ensemble de l'UE. »

Whittaker a poursuivi en citant de nombreux cas de procédures d'infraction contre les Etats membres qui ont été « inexplicablement gelés depuis 2008 » en violation apparente de la législation européenne. «  En 2011 … le Parlement européen a déjà demandé à la Commission d'agir, mais ces appels sont restés sans réponse », a-t-il ajouté. « Maintenant, le Parlement européen envoie le même message de la nécessité de clarté juridique. Nous espérons que cette fois ces appels ne resteront pas à nouveau lettre morte par cette Commission. »

Stanleybet a fait une campagne pour la libéralisation de la réglementation des paris en Europe depuis un certain temps et a, en 2010, défié le monopole terrestre la Française des Jeux en France, mais n'a pas réussi.

Un ancien vétéran de Ladbrokes rejoint le fournisseur de logiciel LVS

Le fournisseur de logiciel de sportsbook LVS a annoncé la nomination de Nick Dutton en tant que directeur du nouveau programme. L'ancien de Ladbrokes aura la responsabilité de superviser et de diriger un développement significatif et des programmes de livraison chez LVS qui est détenu par l’opérateur de loterie français La Française des Jeux.

Simon Ordish, directeur général de LVS, a déclaré, «LVS s’étend à un rythme rapide comme nous continuons à gagner de nouveaux clients et nous avions besoin d'une industrie qui peut fonctionner à un niveau très élevé et aussi de gérer tous les aspects de notre développement des poids lourds. Nick a joué un rôle majeur dans la définition et la mise en œuvre de la stratégie IT dans le détail, l’e-gaming et à l'étranger de Ladbrokes. Son expérience parle par elle-même et je suis ravi de l'avoir à bord. »

Nick Dutton, l'ancien directeur du Système d'information de Ladbrokes a ajouté: «Après 20 ans avec Ladbrokes, je suis ravi de rejoindre LVS. Un de mes principales raisons pour le rejoindre est la technologie supérieure qu’ils sont en mesure d'offrir à leurs clients. C'est un moment très excitant pour joindre LVS et j'ai hâte d'être une partie importante de leur développement futur. »

NE PAS suivre ce lien ou vous serez banni du site!